Accueil,  Ma Bibliothèque,  Romans

Elle s’appelait Sarah

de Tatiana de Rosnay

Un livre poignant sur la rafle du Vel d’Hiv durant la Seconde Guerre Mondiale. Un événement peu relaté car honteux pour l’Histoire de France, la rafle ayant été organisée par la police française collaborant avec le régime nazi.
Nous suivons l’histoire de Sarah, 10 ans, raflée avec ses parents en juillet 1942 et qui avait pris soin d’enfermer son petit frère dans un placard avant de quitter l’appartement. Elle pensait vraiment revenir vite.

En parallèle, nous suivons la journaliste Julia, chargée par son magazine d’écrire un article pour les 60 ans de la Rafle. Étant Américaine, elle connait mal cette période et va commencer son enquête.Une enquête qui va la bouleverser, transformer sa vie et déterrer de sombres secrets de famille.

Je n’avais jamais lu de livre de Tatiana de Rosnay et j’ai beaucoup aimé sa façon de relater cette période trouble. On sait que les personnages sont fictifs mais on sait aussi que la réalité était à la hauteur de la description de l’auteure,  voire bien pire. On ressent profondément le drame en train de se jouer, la peur de Sarah, sa culpabilité mais cela reste très pudique, il n’y a pas de surenchère, ce que j’ai beaucoup apprécié.
La partie concernant l’enquête de la journaliste est très enrichissante, bouleversante aussi et on ressent bien la honte des personnes ayant assisté aux départs des Juifs, certes sans toujours comprendre mais sans être scandalisés non plus.

Difficile d’imaginer ce secret entourant ces départs massifs, ces appartements subitement disponibles sans qu’on se demande si les occupants allaient rentrer un jour, cette haine soudaine de l’ami d’hier… Heureusement, tous ne sont pas restés les bras ballants à cracher leur mépris. Ces événements ont aussi permis à certains de révéler leur nature profonde, de devenir des Justes.

Ce livre est un hommage aux survivants, aux familles assassinées et aux personnes qui, au risque de leur vie, ont sauvé d’autres vies.
C’est la première lecture scolaire de mes enfants cette année et j’espère que le professeur prendra le temps de discuter de ces événements. Pour que les jeunes comprennent que si rien ne change, si le fascisme continue sa montée, l’Histoire risque bien de se répéter.

Un livre nécessaire.

Vous connaissez ? Vous avez lu ?

Elle s’appelait Sarah – Tatiana de Rosnay – Le livre de poche – 400 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *