Accueil,  Ma Bibliothèque,  Romans

Si la lune éclaire nos pas

de Nadia Hashimi

Cette auteure fait partie des écrivains que j’apprécie vraiment mais il s’agit ici du livre que je préfére dans sa « bibliographie ».

Kaboul est entre les mains des Talibans. Depuis que son mari, considéré comme un ennemi du régime, a été assassiné, Fereiba est livrée à elle-même. Si elle ne veut pas connaître le même sort que son mari, elle doit fuir. Après avoir vendu le peu qu’elle possède, elle entreprend un voyage périlleux avec ses trois enfants, dans l’espoir de trouver refuge chez sa soeur, à Londres. Comme des milliers d’autres, elle traverse l’Iran, la Turquie, la Grèce, l’Italie et la France. Hélas, les routes de l’exil sont semées d’embûches : que devra-t-elle sacrifier pour de meilleurs lendemains ?

Un roman qui vous fait basculer de l’autre côté du miroir et qui résonne longtemps en vous.

On découvre d’abord la jeunesse de Fereiba et le poids des traditions de son pays, l’Afghanistan. Les difficultés pour une fille, dont la mère est morte en lui donnant naissance, de vivre avec une belle-mère voulant la marier à tout prix, peu importe le mari alors qu’elle, rêve seulement, d’aller à l’école.

Ensuite, on plonge avec elle dans le terrible périple pour essayer de rejoindre l’Europe. Tout abandonner et se lancer dans l’inconnu avec trois enfants afin de les préserver d’un monde que l’on ne reconnait plus. Traversant les pays, les uns après les autres, devant se débrouiller chaque jour un peu plus, affronter la peur omniprésente et malgré tout rester une mère forte.
Qu’est-ce qu’une mère est prête à faire pour ses enfants, jusqu’où un fils peut-il aller pour aider sa mère.
Ce livre est percutant, il m’a boulversée. Il est impossible de ne pas se mettre à la place de Fereiba et de Salim, son fils ainé. Qu’aurait-on fait ? Aurait-on pris les mêmes décisions ? Dans une actualité brûlante, ce roman nécessaire est un coup de poing.
Un gros coup  de cœur qui a laissé une trace.

Moment choisi :

« Toute une vie peut basculer en un après-midi. Le reste du monde peut poursuivre son cours normal, sans avoir conscience qu’un cataclysme silencieux, isolé, se produit à quelques mètres. »

Et vous, avez-vous envie d’en savoir plus sur Fereiba et sa famille ?

Si vous aimez son écriture, je vous invite à lire aussi:
Pourvu que la nuit s’achève : En Afghanistan, Zeiba est accusée du meurtre de son mari mais refuse l’aide de son avocat. Pourquoi ?

La Perle et la coquille: Parce que son père ne peut plus s’occuper de la famille, Rahima devient Rahim, Bacha Posh (tradition afghane permettant à une fille de se travestir quand il n’y a pas de fils dans la famille) et découvre les libertés dont jouissent les garçons ainsi que de vieilles histoires de famille

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *